Massa Ton expérience en Israël commence ici !
  • scissors
    Le 19 juin 2014Par Les programmes Massa

    Massa : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

    L’Université Hébraïque de Jérusalem est renommée mondialement. Première institution académique en Israël, classée 59e meilleure université au monde (ARWU 2013), offrant plus de 150 disciplines d’études et 4 campus universitaires, elle permet à chacun de s’épanouir dans une atmosphère internationale et de vivre une expérience des plus enrichissantes.
    http://new.huji.ac.il/en

    The Rothberg International School est la vitrine internationale de l’Université Hébraïque de Jérusalem. Elle offre divers programmes en anglais destinés à des étudiants désireux de vivre une expérience académique unique en Israël. Les étudiants sont exposés à l’histoire d’Israël ainsi qu’à sa culture vibrante et à sa société plurielle, à travers des excursions, des activités spéciales et une interaction avec la population locale israélienne.
    http://overseas.huji.ac.il/

    M : Pouvez-vous présenter vos programmes ?

    L’Université Hébraïque de Jérusalem : Sciences Humaines, Sciences, Médecine, Droit, Agriculture, Nutrition et Environnement, Sciences Sociales, Médecine Dentaire, Médecine Vétérinaire, Centre Edmond et Lily Safra pour la Recherche sur le Cerveau (ELSC).

    The Rothberg International School :

    -          MECHINA : programme préparatoire post-Bac qui comprend : introduction aux études universitaires, enseignement intensif de l’hébreu, de l’anglais, préparation aux tests psychométriques, excursions et activités extrascolaires. Ce programme prépare les étudiants à intégrer plus facilement la vie universitaire en Israël.

    -          BASIS : Ce programme de Licence en 4 ans comprend une année préparatoire équivalente à la Mechina. Après réussite de cette année préparatoire les élèves intègrent directement la prestigieuse Université Hébraïque de Jérusalem sans avoir à passer les tests psychométriques. Ce programme post-bac est destiné à des étudiants particulièrement brillants, ayant obtenu une moyenne minimum de 12 au Bac. Ce programme est accessible dans certaines disciplines uniquement.

    -          UNDERGRADUATE DIVISION : L’école Internationale Rothberg à Jérusalem propose des programmes en anglais destinés à des étudiants inscrits à l’Université, n’ayant pas encore acquis une Licence et désireux de vivre une expérience académique unique en Israël. Les élèves sont exposés à l’histoire d’Israël ainsi qu’à sa culture vibrante et à sa société plurielle, à travers des excursions, des activités spéciales et une interaction avec la population locale israélienne.

    Le programme commencera avec un Oulpan intensif d’hébreu et se poursuivra avec un ou deux semestre(s) de cours dans la discipline qu’aura choisie l’élève, le tout dispensé par le prestigieux corps enseignant de l’Université Hébraïque de Jérusalem :

    • Etude du Moyen-Orient
    • Dance, Arts ou Musique
    • Israël : histoire, politique, société et droit

    Hébreu et Arabe

    • Bible, Archéologie et l’ancien Proche-Orient
    • Histoire juive, Civilisation et Education
    • Journalisme et étude des médias
    • Cerveau et sciences du comportement
    • Business…

    -          GRADUATE DIVISION : L’école Internationale Rothberg à Jérusalem propose des programmes destinés à des étudiants déjà titulaires d’une Licence, qui souhaitent prendre part à la recherche de haut niveau dispensée à l’Université Hébraïque de Jérusalem. Les programmes proposés sont offerts en collaboration avec les départements de Sciences Humaines et sociales, Droit, Médecine dentaire, et l’Ecole de Travail social et d’Aide sociale. Les cours sont dispensés en anglais par des membres de l’Université Hébraïque de Jérusalem ainsi que par des professeurs invités de marque. Les programmes de l’Ecole Internationale de Rothberg font partie intégrante de la recherche de pointe menée à l’Université Hébraïque de Jérusalem.

    • LLM en Droit international des affaires et propriété intellectuelle
    • LLM en Droits de l’homme et droit international
    • Sciences Bio-médicale et médecine dentaire (M.Sc)
    • Master d’un an : Israël – Société et politique
    • Master en Etudes juives
    • Master en Education juive
    • Master en Etudes islamiques et études du Moyen-Orient
    • Master en management associatif et leadership
    • Master en Bible et Proche-Orient ancien…

    M : Dites nous le « petit plus » de vos programmes ? 

    Jérusalem est bien connue pour sa riche histoire, ses lieux saints ainsi que ses attractions touristiques. Une cité sacrée pour le judaïsme, la chrétienté et l’islam, la ville de Jérusalem est une conjugaison du passé avec le présent et la modernité. Cette métropole florissante est riche en culture, en galeries d’art, en musées, en théâtres, en salle de concerts, et en sites archéologiques. Des festivals passionnants, des expositions ainsi que des conférences internationales et d’autres nombreuses manifestations s’y tiennent tout au long de l’année. Capitale de l’état d’Israël, Jérusalem n’est pas seulement la maison des instances dirigeantes du pays, des monuments nationaux et des institutions culturelles, mais aussi un centre politique d’importance nationale et internationale.

    M : Quelle est la population de vos programmes ?

    De 17 à 77 ans :) ) En général 20-30 ans.

    M : En quelles langues sont vos programmes ?

    Hébreu, anglais

    M : Quand débutent les prochains programmes ?

    Été 2014 et les Ulpans à partir du 24 juin 

    M : Votre meilleur souvenir, anecdote, fierté en tant qu’organisateur ?

    Une après-midi, réunion d’information autour des programmes préparatoires (Mechina et Basis) qui devait réunir une dizaine de personnes et qui en a finalement réuni une vingtaine à Paris, dans la cuisine des bureaux de l’UHJ à Paris sous 35°. C’était très enrichissant.

    M : Quelles sont les activités proposées dans le cadre de Massa sur place ? (rassemblement entre les différents groupes ? …)

    Activités extrascolaires, excursions, etc.

    M : Votre slogan ?

    « Where brains meet », where else?

    M : Qui doit-on contacter pour avoir plus d’informations ou pour s’inscrire ?

    Yonith Benhamou
    Téléphone : 01.77.35.19.49
    E-mail : ybenhamou[at]uhjerusalem.org
     

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , , , , , , , , , , , ,
  • scissors
    Le 28 mai 2014Par Les programmes Massa

    MITF French est un programme Massa ayant pour but de combler les lacunes en français d’élèves en écoles élémentaires et secondaires à travers le pays. En collaboration avec le Ministère Israélien de l’Éducation et l’Agence juive, cette initiative a pour but d’améliorer les résultats d’apprentissage du français pour les étudiants israéliens.

    Les assistants ou aide-enseignants en français sont de jeunes diplômés entre 20 et 30 ans, prêts à aider les autres durant 10 mois. Pour faire partie de ce programme, il faut avoir obtenu un diplôme dans un pays francophone, avoir une expérience dans l’éducation et être capable d’évoluer dans un milieu difficile et multiculturel.

    Se préparer à enseigner

    Grace à une formation du Ministère Israélien de l’Education, les jeunes assistants se préparent avant d’intégrer une classe. De plus, un cours d’hébreu leur est proposé chaque semaine tout au long de l’année.

    Le rôle de l’ « Assistant en enseignement du français »

    Il est important que l’assistant mette les élèves israéliens à l’aise et en confiance quel que soit leur niveau de français. Ce type de bénévolat se déroule dans une école publique avec des semaines de  30 à 35 h pour créer un véritable contact avec les élèves.

    L’enseignement se déroule par petit groupe de maximum 5 élèves pour leur enseigner les clés de la langue avec notamment du vocabulaire, de la grammaire et de la conjugaison.

    La vie communautaire 

    Les assistants vivent dans la communauté dans laquelle ils travaillent. Cela permet d’apprendre à vivre en communauté tout en s’adaptant à la vie culturelle.

    A coté des heures de cours en école publique, l’ « Assistant en enseignement du français » consacre au moins 5 heures de son temps à une activité communautaire. Le choix du bénévolat dépend de la ville et des activités proposées : cela peut être sportif, artistique ou une aide à l’expression orale en français pour un groupe adulte.

    Pourquoi choisir MITF ?

    En plus de l’aide précieuse apportée aux élèves israéliens, les assistants ont la possibilité de découvrir Israël à travers des excursions et des visites guidées. Toutes les excursions sont incluses dans le prix, c’est une occasion unique de découvrir l’histoire et la beauté du pays tout en faisant du bénévolat dans les écoles. En dehors des activités qui sont proposées, les assistants ont du temps libre pour découvrir Israël et rencontrer de nouvelles personnes.

    Les prochains programmes sont les 26 Août 2014 et 26 Juin 2015.

    MITF est un programme subventionné par Masa Israel Journey et le ministère de l’éducation Israélien. Le prix du programme après déduction des subventions est de 1000$ par participant et comprend le billet d’avion, l’assurance médicale, 3 repas par jour, le logement et  une aide financière mensuelle.

    Contact : Julie Teboul
    Email : juliet[at]israelexperience.org.il
    Téléphone : 01 83 64 86 81

     

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , , , , , , , , , ,
  • scissors
    Le 15 mai 2014Par Les programmes Massa

    Massa : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

    Nahum Botschko marié, 5 enfants barouh Hachem. Je suis monté en Israël à l’âge de 14 ans et je suis aujourd’hui directeur du programme Chana chekoula Thora.

    M : Pouvez-vous présenter vos programmes ?

    Chana chekoulo Thora

    La yechiva Hekhal Eliyahou propose aux jeunes qui veulent étudier la Thora un programme intensif de limoud:

    • Guemara Iyoun et Bequiout en enseignant les clés qui amènent les élèves à pouvoir étudier de manière indépendante.
    • Makhchevet Israël: découvrir les textes fondamentaux qui permettent de comprendre les bases de la Emouna tels que Kouzari, Rambam, Maharal, Ramkhal et Rav Kook ainsi que des livres de moussar tel que le Messilat Yecharim.
    • TaNaKH: études approfondies avec les commentateurs.

    L’enseignement a comme ambition non seulement de donner des connaissances, mais aussi d’assurer la formation spirituelle personnelle et donner les armes pour affronter le monde extérieur avec les véritables valeurs de la Thora.
    La Yechiva s’adresse aux jeunes qui ont déjà des bases et qui ont la volonté de les approfondir.
    L’enseignement est en hébreu, mais il y a des Rabbanim parlant français qui accompagneront les élèves et qui donneront quelques cours en français.

    Un oulpan et preparation aux tests psychometriques sont aussi proposés.

    M : Dites nous le « petit plus » de vos programmes ? (lieu des programmes, organisations, ambiance, programme, diversité des propositions…)

    Ambiance à la foi sérieuse au niveau de l’étude de la Thora et à la fois très familiale et sympathique.

    M : Quelle est la population de vos programmes ?

    Nos participants ont entre 18 à 20 ans.

    M : En quelles langues sont vos programmes ?

    Français et hébreu

    M : Quand débutent les prochains programmes ?

    Roch hodech Eloul 5774 (Septembre 2014)

    M : Votre meilleur souvenir, anecdote, fierté en tant qu’organisateur ?

    Un élève après quelques mois a la Yechiva qui dit un Dvar Thora intéressant, bien construit, en hébreu parfait (avec quand même un accent français) devant toute la Yechiva (près de 250 personnes) .
    Sous la Houpa d’un élève qui ne pensait pas du tout rester en Israël et qui après la Yechiva, l’armée, se marie et finit sa licence au Machon lev.

    M : Quelles sont les activités proposées dans le cadre de Massa sur place ?

    Etude de Thora, excursions, activités avec les Israeliens de la Yechiva.

    M : Votre slogan ?
    עם הנצח לא מפחד מדרך ארוכה
    Le peuple éternel ne craint pas la longue route

    M : Qui doit-on contacter pour avoir plus d’informations ou pour s’inscrire ?

    Nahum Botschko
    Téléphone : 00972502762700
    E-mail : nahumbo[at]gmail.com

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , , , , , , , ,
  • scissors
    Le 6 février 2014Par Les participants

    Quitter la France c’est quitter sa famille, ses amis, son quotidien avec ses repères. Alors oui en Israël, pas mal de trucs vont te manquer, à commencer par ton petit café noir et ton croissant, servis à 8h00 pétantes quand tu t’accoudes au troquet en bas de chez toi. Quand tu seras en Israël, dans la file d’attente d’Aroma à te demander qu’est ce qui est le moins mauvais ? « Le café afour » ou « l’Americano », pris par la nostalgie, souviens-toi que la France c’était aussi ça. Et ça, ça ne te manque pas.

     La fachosphère

    Dieudonné, Soral, Tariq Ramadan et j’en passe. A chaque fois que tu découvres une nouvelle photo de « quenelle » tu es pris de nausées. En ce moment tu  as tellement de nausées que tu te demandes si tu n’es pas enceinte de moins de 3 mois.

    Le métro bondé

    Ok, on te l’accorde, les moyens de locomotions en Israël ce n’est pas toujours tip-top. Toutes les villes n’ont pas encore la chance d’avoir le tramway comme à Jérusalem. Mais globalement même quand tu te galères dans le bus en regrettant le maillage parfait du métro parisien, tu es très heureux de ne plus sentir ta joue s’écraser sur les vitres des portes  et d’entendre le fameux « laissez descendre avant de monter ». Car il faut bien l’avouer à part Nathalie Kosciusko-Morizet personne ne trouve que le métro parisien offre des « moments de grâce ».

       La pluie

    Inutile de vous abreuver de chiffres. Comparer la pluviométrie d’Israël et de la France c’est comme installer sur un ring Hulk Hogan et Lindsay Lohan (on a pris ces deux –là car ca rime). En Israël, il pleut moins qu’en France mais  mieux que ca, en Israël tu n’auras plus à supporter la mine désolée de la Miss Météo quand elle annonce des « précipitations toute la journée de demain » ou « une dépression qui ca balayer les cotes de la Manche avant de gagner l’intérieur du pays ». Au lieu de ca, tu pourras entendre les rabbins appeler les israéliens à exprimer leur reconnaissance « pour chaque goutte » tombée du ciel par le texte de « Modim » avec la bénédiction mais sans prononcer le nom divin, conformément au Choulhan Arouh’.

     

    L’emballement médiatique

    Qu’ils s’agissent de débats politiques en plateaux, d’une petite phrase assassine lâchée dans l’hémicycle, de la Une des journaux avec la même et inutile question « Peut-on rire de tout ? », de la romance supposée entre une actrice et le Président de la République quand il ne s’agit pas de la prostate de ce dernier. Les journalistes et la sphère médiatique s’emballent de plus en plus pour des choses que vous dépassent. La nuée de journalistes à l’arrivée des handballeurs à l’aéroport, à la remise d’un prix littéraire que vous ne lirez sans doute jamais : vous regardez ça avec autant d’intérêt que si on vous servait une choucroute au petit-déjeuner.

    Un seul soir du Séder

    Même si les fêtes en famille c’est un kiff, on est bien content de se taper qu’un seul soir de Pessah. Parce, puisqu’on est entre nous, on peut se l’avouer : Pessah n’est pas la fête qui brille le plus par la virtuosité culinaire de nos mères et de nos grands-mères. Si donc au passage, on peut zapper moins de Matsa, c’est déjà ça de gagné.

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , , , , ,
  • scissors
    Le 8 janvier 2014Par Les participants

    Vous l’avez compris, deux jeudis par mois, nous publions un billet pour vous parler de Massa. Ah la solitude du blogueur qui regarde l’horizon en se demandant de quoi il va pouvoir parler… Nous on ne la connait pas. Car de la matière, il y en a. Non, nous notre problème c’est de vous faire percevoir en quelques lignes toute l’attractivité de ce programme.

     

    Finalement, on a compris que ceux qui parlaient le mieux de Massa étaient ceux qui l’avaient vécu.

    Notre boulot c’est de vous expliquer toutes les possibilités qu’offre l’Institut Vatel en Israël mais on le sait, ça ne vaudra pas le récit de Charles-Hervé.

    On pourrait vous détailler par le menu le marché du travail en Israël et les 1001 possibilités d’y faire son stage de fin d’études mais ça ne sera jamais aussi vivant et enthousiasmant que le témoignage de Sandy, ingénieure dans le Génie Civil.

    On pourrait aussi, se féliciter que les jeunes français qui partent pour Massa sont 80% à transformer l’essai en Alyah. Mais ça ne sera jamais aussi convaincant que les envies d’Alyah de Gabrielle.

    Pour vous donner envie de nous rejoindre, on pourrait vous inonder de chiffres et saluer l’année 2014 comme une année record. Pour l’année 2011-2012, 511 personnes sont parties dans le cadre d’un programme Massa. En 2012-2013, le chiffre grimpe à 642. En novembre 2013, 841 personnes se sont envolées pour Israël grâce Massa. Oui, vous avez vu ça augmente. Et ce n’est pas fini car pour l’année 2014, de la France et de la Belgique, les départs devraient atteindre le chiffre historique de 1000.

    On pourrait aussi faire de la sociologie comparée en s’interrogeant sur la prévalence des filles sur les garçons. Car oui, sachez que l’aventure Massa séduit plus de filles que de garçons. Et ouais, 549 filles sont sur la ligne de départ contre seulement 292 garçons.

    Mais derrière les pourcentages, les moyennes, les données médianes il y a des prénoms, des parcours, des familles.

    Massa ce ne sont pas seulement des chiffres, ce sont des destins et des rêves. Aujourd’hui Massa c’est Chiara, Alexandra, Natanael, Moché ou encore Rachel.

    Et demain, Massa ça sera peut-être … TOI !!!!

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , , , , ,
  • scissors
    Le 16 décembre 2013Par Les participants

    Massa : Peux-tu te présenter en quelques mots ? (prénom, âge …)
    Je m’appelle Sandy, j’ai 27 ans, je suis ingénieur en Génie Civil et je voulais venir en Israël avec Massa afin de faire un stage, avant de faire mon Alyah.

    M : A quel programme Massa as-tu (ou vas-tu) participé ?
    Je suis actuellement en stage avec Gvahim.

    M : Pourquoi as-tu choisi ce programme massa ?
    Ce programme me paraissait adapté, car je voulais faire un Oulpan mais aussi avoir une expérience professionnelle ici en Israël. De plus, je ne voulais pas habiter dans un bâtiment Massa, mais plutôt trouver mon appartement en colocation, pour pouvoir m’immerger. Gvahim semblait correspondre le plus à tous mes critères

    M : Quelles sont les démarches pour s’inscrire à un programme Massa ? Sont-elles faciles ?
    Des questionnaires sont à remplir sur internet. Des documents justificatifs sont aussi à joindre, ce qui a été un peu compliqué pour moi, étant donné que j’étais déjà en Israël quand j’ai rejoins Gvahim, et que tous mes documents étaient en France.

    M : Quel ton meilleur souvenir ?
    J’ai beaucoup aimé Simha Torah à Kikar Rabin. Tout le monde était là pour faire la fête, et tout le monde se souhaite Hag Sameah, je trouve ça génial
    J’aime beaucoup la célébration des fêtes en Israël en général …

    M : Quel ton pire souvenir ou « la galère » du voyage ? 
    Le plus compliqué pour moi aura été de trouver un appart je pense.

    M : Est ce que tu peux nous dire ce qui t’a le plus manqué en France pendant ton expérience en Israël ? (famille, copains…)
    Je dirais mes amis, étant donné que ma famille proche est venue me voir. D’un autre coté, je me suis fait de nombreux amis ici

    M : Qu’est ce qui te manque le plus depuis ton retour en France ?
    Je ne suis pas rentrée, et je compte rester en Israël. Je rentre juste un mois, pour voir ma famille et mes amis. Je fais aussi la procédure d’Alyah de France, et je reviens en Israël.

    M : Un petit conseil pour les futurs participants à Massa ?
    Je pense que c’est important d’essayer de s’adapter à Israël et aux israéliens, et pas uniquement de rester avec des participants Massa.

    M : Quel est le « grand » regret de ton expérience ?
    Franchement, je ne regrette rien…

    M : Raconte-nous en quelques mots ton expérience en Israël ?
    Je travaillais depuis 2 ans, j’avais un très bon poste, mais je n’étais pas satisfaite. Alors un jour, j’ai démissionné, quitté mon appart et je suis partie voyager 4 mois en Asie, toute seule, dans le but de changer d’air pour mieux revenir. Finalement, 2 semaines avant mon retour en France, j’ai acheté un billet aller simple Paris- Tel Aviv ! Je pensais rester quelques mois, pour apprendre l’hébreu et voir ce que je voulais faire. Mais la minute où j’ai atterri, j’ai su que je voulais rester

    M : As-tu pu retrouver d’autres personnes qui faisait Massa en Israël ?
    J’ai rencontré énormément de personnes qui font un programme Masa, et j’ai retrouvé des personnes de ma ville natale (Toulouse) qui ont fait leur Alyah.

    M : Raconte ton arrivée en Israël ? les 1er jours 
    Je suis arrivée de nuit, dans une auberge de jeunesse. Des le 1er jour, j’ai commencé à chercher un appartement, et aussi un travail. Il m’a fallu 3 semaines pour trouver un appartement. J’ai fait quelques petits boulots avant de rejoindre Gvahim.

    M : As-tu eu peur avant ton départ ?
    Pas du tout, j’étais très sereine. Je pense parce que d’une part je revenais d’un voyage en Asie où j’étais déjà seule, et d’autre part parce que je sentais que c’était la bonne chose à faire pour moi

    M : Parles-tu hébreu correctement ? car un oulpan est dans tous les programmes
    Je suis arrivée en sachant plus ou moins lire, et un peu écrire. Aujourd’hui, je parle très convenablement, je peux avoir une discussion en hébreu. Pour moi, c’était très important, puisque je veux m’installer ici

    M : Qu’est ce qu’il t’a manqué dans le programme : aide logement, accueil aéroport, plus de dîner pour rencontrer du monde …
    Je trouve que l’aide financière est très faible, et vu ma situation j’aurai aime avoir une bourse plus importante. J’aurais aussi aimé avoir plus de dîners par exemple, aussi avec d’autres programmes Massa.

    M : Que penses tu de l’initiative Massa : permettre a tous les jeunes de 18 à 31 ans de découvrir Israël à travers de programme de longues durées. ?
    Je pense que c’est extraordinaire. Effectivement, la plupart des jeunes juifs du monde soit ne connaissent pas Israel, soit viennent ici en vacances, souvent l’été, ce qui n’est pas représentatif d’Israël d’après moi. Donc l’initiative Massa est génial à mon sens, car elle permet aux jeunes d’avoir une autre vision d’Israël.

    M : Recommandes tu Massa et pourquoi ?
    Je recommande Massa, car je pense qu’avec la multitude de programmes, c’est adapté à tout le monde.

    M : Qui t’a fait connaitre Massa et qui t’a inscrit ?
    J’ai connu Massa sur internet, et je me suis inscrite moi-même.
    Je pensais rejoindre Stagerim, mais comme je les ai contacté trop tard par rapport à ma date d’arrivée en Israël, j’ai laissé tombé.
    Ensuite, j’ai entendu parlé de Gvahim en arrivant en Israel. J’ai rencontré deux français à l’auberge de jeunesse où j’étais, qui faisaient un programme Masa, et ils m’ont dit de les contacter.

    M : La musique ou le film qui représente le mieux ton voyage
    Aucune idée ! Par contre, je vois ma vie ici comme une chasse aux trésors ! Trouver un appart, voir ce que je veux faire, les amis, les connexions pour le travail… j’ai vraiment cette image de chasse aux trésors, avec ses indices et tous les gens qui m’aident sur mon chemin

    M : A toi la parole !
    Merci Massa, je suis très contente d’avoir suivi un programme avec vous, car ca m’a permis de rencontrer plein de monde. La plupart rentrent dans leur pays, mais certains ont fait leur Alyah ou prévoient de rester, et sont aujourd’hui des amis, que je considère comme ma famille (ce qui est important étant donné que nous n’avons pas notre famille proche…).

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , , , , , ,
  • scissors
    Le 5 décembre 2013Par Les programmes Massa

    Massa : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
    Je m’appelle Natasha Guetta et je travaille au sein de l’école Internationale de l’Université de Tel Aviv.

    M : Pouvez-vous présenter vos programmes ?
    Nous proposons les programmes internationaux suivants :
    -          Un programme d’un an de préparation aux études universitaires (« La Méhina »)
    -          Un semestre ou une année d’échange parmi les suivants :

    • Un semestre Automne
    • Un semestre Printemps
    • Un semestre de Découverte du Monde Médical
    • Un semestre de spécialisation en Entrepreneuriat, Business et Innovation
    • Une année d’échange
    • Une année de césure (« Gap Year ») à la sortie du lycée

    -          Les programmes de Licence suivants :

    • Diplôme d’Ingénieur en génie électronique et électrique (BSc)
    • Diplôme de Sciences Humaines (BA)

    -          Les programmes de Master suivants :

    • Archéologie et Histoire de la Terre Sainte (MA)
    • Assistance Sociale- Crises et Traumatismes (MA)
    • Business & Administration – Sofaer International MBA
    • Droit International (LLM)
    • Etudes de l’Environnement (MA)
    • Etude des Migrations  (MA)
    • Etudes du Moyen-Orient (MA)
    • Etudes Juives (MA)
    • Maitrise d’Enseignement de la Langue Anglaise (MA)
    • Résolution de Conflits et Médiation (MA)
    • Santé Publique –Gestion des Urgences et Catastrophes (MPH)
    • Sécurité et Diplomatie (MA)
    • Sciences Politiques & Communication (MA)

     
    M : Dites nous le « petit plus » de vos programmes ? (lieu des programmes, organisations, ambiance, programme, diversité des propositions…)
    Nos programmes vous donnent la chance de vous joindre à plus de 1000 autres étudiants internationaux, de toutes nationalités et de toutes appartenances religieuses, pour venir étudier au sein de l’Université de Tel Aviv. Celle-ci est classée dans le top 100 des meilleures universités du monde et représente la plus grande université en Israël avec plus de 30 000 étudiants.

    Tous nos programmes sont exclusivement enseignés en langue anglaise et par des professeurs mondialement reconnus.

    Une session de cours d’Hébreu intensif (« Oulpan »), obligatoire pour certains programmes et facultative pour d’autres, précèdera chaque semestre ou année d’étude à l’Université et vous permettra de vous immerger dans la langue et la culture israélienne.

    M : Quelle est la population de vos programmes ?  (quel âge ont les participants en moyenne ?)
    Les étudiants de nos programmes ont, en moyenne, entre 17 et 28 ans.

    M : En quelles langues sont vos programmes ?
    Nos programmes sont exclusivement enseignés en anglais. Cependant, les élèves dont le niveau d’hébreu est suffisant pourront suivre, s’ils le souhaitent, des cours en hébreu comme en anglais.

    M : Quand débutent les prochains programmes ?
    -          Un semestre Printemps : 15/01/2014– 28/05/2014
    -          Un semestre Automne : 27/07/2014 – 01/01/2015
    -          Semestre de Découverte du Monde Médical : 27/07/2014 – 01/01/2015
    -          Semestre de spécialisation en Entrepreneuriat, Business et Innovation : 15/01/2014 – 28/05/2014
    -          Une année d’échange : 27/07/2014 – 28/05/2015
    -          Une année de césure (« Gap Year ») : 27/07/2014 – 28/05/2015
    -          La Méhina : 07/2014 – 07/2015
    -          Licence de Sciences Humaines (BA) : 19/10/2014 – 11/07/2017
    -          Licence d’Ingénieur en génie électronique et électrique (BSc) : 26/10/2014 – 11/07/2018
    -          Les Masters : 10/2014 – 08/2015 (dates spécifiques à chaque Master)

    M : Votre meilleur souvenir en tant qu’organisateur ?
    A mon plus grand plaisir, j’ai pu assister à la première « Graduation Ceremony » des étudiants internationaux. C’était vraiment splendide ! Plus de 300 étudiants venus des quatre coins du monde et tous vêtus de longues toges noires, étaient rassemblés le temps d’une soirée afin de célébrer l’obtention de leur diplôme. C’était vraiment quelque chose d’émouvant ! D’ailleurs, c’est à cette occasion que l’une des étudiantes en a profité pour me dire que grâce à son enthousiasme envers notre Université, son frère jumeau ainsi que deux de ses cousins viendraient nous rejoindre l’année prochaine.

    M : Votre slogan ?
    Global Excellence, Mediterranean Sprit

    M : Qui doit-on contacter pour avoir plus d’informations ou pour s’inscrire ?

    Natasha Guetta : intl@tau.ac.il

    Tel : (+972) 3 640 8118

    http://international.tau.ac.il/

    Carter Building, Room 108
    Tel Aviv, Israel 6997801

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , , , , , , , ,
  • scissors
    Le 28 novembre 2013Par Les participants

    -> Tu as 19 ans, tu as toujours rêvé de vivre en Israël. Pour t’empêcher de quitter trop tôt le nid familial et t’enlever de la tête cette idée d’Alyah, tes parents ont mis le paquet. Permis de conduire et voiture dans la foulée. « Tu vois t’es libre, tu fais ta vie » te répète ta mère. Pour être bien sur qu’entre toi et Israël, il y a bien 4000 km, ton père a financé tous tes voyages aux Etats-Unis. New-York, le Texas, Miami, Los Angeles, San Francisco, la Louisiane… Tu connais le continent nord américain aussi bien qu’un baroukh yeshiva la paracha de la semaine. Ton bac en poche, tu t’es inscris en fac de droit. T’es aussi content d’aller en cours qu’un détenu en régime de semi-liberté quand il rentre le soir dans sa cellule. Tu n’as jamais eu du nez mais là tu le sens gros comme une maison : tu vas faire partie des 25% des étudiants qui vont planter leur première année. Devant le panneau des horaires de la bibliothèque de l’université, tu te rends compte que tu ne sais absolument pas ce que tu fous là…

    ->Tu as 26 ans, tu sors de ton énième entretien d’embauche. Tu en conclus qu’entrer sur le marché du travail c’est aussi compliqué que de décrocher un Prix Nobel. Et ouais, même diplômé, la mission s’annonce quasi-impossible. T’as le choix entre un stage où tu bosseras 10 heures par jour pour 3 tickets-resto et intégrer la PME de ton oncle dans un poste qui n’a rien avoir avec ton cursus. Tu t’assois sur un banc tu te dis que la solution c’est peut-être de s’expatrier. Tu penses à l’Australie. En 2012, 18.000 jeunes Français ont tenté l’expérience.  Et là tu repenses à la phrase de ta grand-mère : « On va chercher très loin ce qu’on trouve tout près de soi ». A ce moment là, tu lèves les yeux pour constater que le panneau publicitaire déroulant est coincé entre une invitation à découvrir les fonds marins d’Eilat et la pub de la marque à la virgule avec son slogan « Just do It ».

    -> Ta mère commence à s’impatienter « Ca y est ca fait 4 ans, ça commence à faire long, combien il va réfléchir ? Il va la faire sa demande ou il compte te fréquenter jusqu’à 30 ans». Oui ta mère dit qu’un garçon et une fille se fréquentent. C’est une question de génération.  Et toi, pour une fois, tu n’es pas loin d’être d’accord avec elle. T’as attendu qu’il ait eu son diplôme. T’as attendu qu’il trouve un job. Maintenant t’attends qu’il fasse sa demande. Enfin, t’attends c’est beaucoup dire. Hier une amie vous a annoncé qu’elle faisait son stage de fin d’études via Massa Israel. Il a répondu « Tu es sûre de toi. Moi à ta place, je réfléchirais encore un peu ». Et si tout ça n’était pas un signe pour enfin réaliser ton vœu le plus cher. Souviens-toi, tu avais 8 ans quand tu as coincé au Kotel ce petit mot écrit fébrilement à l’arrière de la voiture de location louée par tes parents qui comme d’habitude s’engueuler en cherchant une place de stationnement :« Quand je serais grande, je veux un grand bureau avec vue sur la mer ».

     

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , , , , , ,
  • scissors
    Le 8 avril 2013Par Les participants

    Massa : Quel programme Massa Fais tu ?
    OLAMI

    M : Pourquoi as-tu choisis ce programme Massa ?
    Je voulais apprendre l’hébreu de manière intensive afin d’être capable de bien maîtriser la langue.
    Je voulais aussi être mélangé avec de jeunes juifs de mon âge du monde entier, et rester à Jérusalem de préférence car ma sœur vit là-bas et je ne la vois pas souvent.

    M : Qui t’as fait connaitre Massa ?
    Laurent Toledano/Arie Abitbol/Iona Choloniewski

    M : Quel est ton meilleur souvenir ?
    Quand je suis arrivé en Israël, je n’avais pas prévu de faire MASA et je ne connaissais pas très bien le principe.

    Je m’étais inscrit à un ulpan en ville et j’étais à la recherche d’appartement depuis déjà 3 semaines, un peu désespéré.

    J’ai contacté Iona Choloniewski pour voir s’il était encore possible de m’inscrire car le programme avait déjà commencé.

    Iona m’a beaucoup aidé à remplir ma candidature, a répondu à toutes mes questions, et quand elle m’a appelé le jeudi pour me dire que j’avais une entrevue a l’ulpan etzion le dimanche j’étais vraiment heureux. En 3 jours, Arie et Iona m’ont aidé à trouver un ulpan, avec logement et nourriture compris.

    De plus, j’étais très surpris que Iona vienne à l’Ulpan exprès le dimanche avec moi pour m’assister à l’entrevue avec le directeur, et depuis elle a toujours répondu à mes questions, et a toujours été disponible.

    M : Ce qui t’a le plus manqué en France :
    Les amis et la famille.

    M : Un petit conseil pour les futurs participants ?
    Participer à un programme MASSA, et savoir qu’est-ce qui nous intéresserait dans un programme, et ce qui ne nous intéresserait pas (par exemple, je savais que je voulais absolument faire un ulpan, mais ce n’était pas ma priorité de faire un stage par exemple).

    M : As-tu rencontré d’autres participants Massa pendant le programme ?
    Oui, nous avons eu un shabbat au kineret, et on a pu rencontrer des participants du programme stagerim de Tel Aviv.

    C’était très reposant, je ne connaissais pas bien la région, et les guides étaient super. C’est toujours agréable d’avoir des israéliens avec nous pour pratiquer notre hébreu.

    On a un autre shabbat organisé bientôt à la mer morte et ein gedi avec des israéliens, américains et sud-américains. J’ai très hâte d’y aller.

    M : Raconte-nous tes premiers jours en Israël
    J’ai beaucoup aimé ma première semaine en Israël, je m’étais inscrit à un ulpan en ville, je cherchais des appartements intensément, et je voyais ma sœur et amis. J’ai beaucoup visité Jérusalem, rencontré des israéliens, je me suis reposé etc.

    M : As-tu eu peur avant ton départ ?
    Oui et non. Quitter ma famille et amis était difficile mais je savais que j’allais retrouver ma sœur et me faire d’autres amis, découvrir une autre culture et apprendre une langue. C’est une opportunité en or.

    M : Que penses-tu du projet Massa ?
    C’est tout simplement incroyable. Sérieusement, c’est une opportunité unique, je ne connais aucun autre projet pareil qui propose des centaines de programmes encadrés par une équipe compétente (cf plus haut avec Iona), qui aide aussi financièrement les participants. Je le conseille à tout le monde, je n’ai jamais vécu quelque chose de pareil, et je ne pense pas qu’une telle opportunité ne se représentera. C’est pour cela que je savoure chaque instant.

    M : La musique ou le film  qui pourrait représenter ton voyage :
    L’auberge espagnole : pour le mélange de cultures (à l’ulpan nous sommes environ 200 internes provenant de plus de 20 pays différents dans le monde dont la Grèce, l’Arménie et la Hollande…) et pour la découverte de culture (hébreu/israéliens). Par exemple, j’ai eu l’honneur de faire partie d’une cérémonie israélienne pour « azikaron », je me suis fait des amis israéliens à travers l’ulpan aussi, et je les rencontre régulièrement.

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , , , , , , , , ,
  • scissors
    Le 3 octobre 2012Par Ciné Fleg

     

    ENTEBBE – Opération Yonathan

    En présence d’Eliaou Zenou, Délégué de l’Agence Juive a Paris et un invité spécial

    Rendez-vous à 19h30 au Centre Fleg

    8 rue de l’Eperon 75006 PARIS

    PAF 5 euros

     

     

     

     

    Les prochains RDV Ciné Fleg :

    14 novembre 2012

    12 décembre 2012

    16 janvier 2013

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , , ,
Social links powered by Ecreative Internet Marketing