Massa Ton expérience en Israël commence ici !
  • Les participants Samuel A.  » Envers et contre toute logique on se sent enfin à sa place ».

    scissors
    28 août 2014Les participants

    Tout d’abord, je me présente : Je m’appelle Samuel Amouyal. Je suis venu de Paris où j’ai fait ma scolarité au Lycée yabné. J’ai 18 ans, mais j’en avais 17 au début du programme.


    Massa : Le programme que j’ai choisi et pour quelle raison :

    J’ai choisi de faire une année à la Yéchiva du Mah’on Meir car il était pour moi le programme le plus adéq

    uat à ce que je cherchais: Limoud Torah avec Oulpan d’hébreu et option de préparation au psychométrique.
    De plus, la Torah véhiculée au Mahon Meir est la plus ouverte que

    j’ai connue, pas seulement centrée sur moi-même mais orientée aussi vers le Peuple et la terre d’Israël, une Thora qui prône sincèrement l’amour du prochain …

    M : Qui m’a fait connaitre Massa ?
    Un de mes Madrihim au Bac Bleu Blanc

    M : Les démarches Massa et l’inscription étaient-elles compliquées ?
    Pas trop. De plus, on peut facilement les contacter et les relancer, en général ils répondent rapidement.

    M : Est-ce que j’avais peur de quitter la France ?
    Non. J’étais surtout excité et impatient de pouvoir ouvrir ce nouveau  chapitre de ma vie …

    M : Mes premiers  pas en Israël :

    Au début évidemment mes parents me manquaient terriblement, mais très vite je me suis trouvé  une autre famille, celle du Mahon Meir. De plus, j’ai été propulsé dans une étude de Torah complètement différente de celle que j’avais connue jusque là, tant par la qualité et la profondeur du Limoud que par la personnalité des Rabbanim. J’ai été également frappé de cette volonté des gens autour de nous à nous aider à toute occasion …

    Mon meilleur souvenir :
    Le premier Chabbat à la Yéchiva : c’était la première fois que je ressentais cette Kedoucha du Chabbat en Israël, les cours organisés, la Tfila unique avec tous les élèves du Mahon et les repas chez les familles qui vous accueillent comme leurs enfants …

    M : Mon pire souvenir :
    La première lessive que j’ai du faire seul, avec ma mère au bout du fil pour différencier entre le blanc et le couleur. J’ai perdu 4 paires de chaussettes …

    M : Ce qui m’a le plus manqué :
    Les baguettes chaudes, mais surtout le Chabbat midi avec toute la famille.

    M : Ce que j’aime le plus au Mahon Meir :
    Les Rabbanim. On sent qu’ils vivent sincèrement ce qu’ils nous enseignent et qu’ils respirent l’amour et le respect du prochain, valeurs qui sont très importantes à mes yeux. Ils sont toujours présents pour nous aider, et les cours dispensés sont de grande qualité.

    M : Mon niveau d’hébreu :
    Très bon. Bien que je ne parlais pas un mot en arrivant, je commence maintenant à tenir une conversation avec les étudiants Israéliens.

    M : La préparation au test psychométrique a-t-elle été fructueuse ?
    Personnellement je les avais déjà passés en France, mais mes amis qui l’ont faite ont progressé de 100 points en moyenne.

    M : Ce qui m’a le plus manqué durant le programme :
    Le temps ! On découvre tellement de choses à étudier et on dispose de si peu de temps pour y arriver … On se rend compte de la richesse de notre Thora, sans avoir le temps d’en acquérir assez !

    M : Mon expérience en Israël :
    Inoubliable. Elle m’a permis de comprendre que la place de chaque juif est ici et pas ailleurs, que notre peuple est unique, et que la conjugaison des deux vaut tous les efforts et toutes les peines.

    M : Cela valait-il le coup ?
    Sans hésitation ! Cette année vécue au Mahon Meir m’a permis d’entrevoir une nouvelle optique à ma vie. J’y ai appris quelle direction et quel but je veux donner à mon existence. Et surtout j’ai compris quel genre d’homme je veux être, et cela n’a pas de prix …

    M : Mes projets l’année prochaine ?:
    Je pense Béézrat Achem rentrer à l’armée, dans la brigades des parachutistes.

    M : Mon conseil aux nouveaux participants ?:
    Rejoignez-nous au Mahon Meir. Dès le début n’hésitez pas à faire des havroutot en hébreu avec les Israéliens, mélangez vous à eux, cela vous permettra de beaucoup progresser et vous intégrer en douceur à la Yéchiva. Demandez également des Havroutot avec les Rabbanim, vous avancerez beaucoup, tant en Torah que dans votre façon de vivre et vous comporter. Et prévoyez d’emblée beaucoup de chaussettes, elles disparaissent vite !!!

    M : Que penses-tu de l’initiative Massa : permettre a tous les jeunes de 18 à 31 ans de découvrir Israël à travers de programme de longues durées :
    C’est une initiative vitale pour encourager les jeunes juifs  du monde entier à connaître Israël et à venir s’imprégner de cette ambiance unique au monde. Grâce au programme Massa, j’ai pris conscience qu’Israël, ce n’est pas seulement  une station de tourisme  pour les vacances d’été.

    M : Conseillerais-tu cette expérience aux jeunes juifs de France ?
    Foncez. N’hésitez pas et plongez dans le bain de la vie en Israël. Envers et contre toute logique on se sent enfin à sa place, on se sent revivre …

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

Social links powered by Ecreative Internet Marketing