Massa Ton expérience en Israël commence ici !
  • Les parentsLes participantsLes programmes Massa L’équipe Massa traverse la France pour vous !

    scissors

    Pendant huit jours, les représentants de différents programmes Massa ont sillonné la France et la Belgique pour se rendre à la rencontre de potentiels futurs participants.

    Une trentaine de représentants ont vécu pendant une semaine, dans une ambiance chaleureuse et familiale, au rythme des trains, des métros, des parcours à pied, roll-up sur l’épaule et valises à la main. Partageant repas, sucreries, expériences et anecdotes, chacun s’entraide, se rencontre, apprend les programmes des uns et des autres, et aiguille les étudiants vers les personnes et expériences pertinentes.

    A chaque rencontre, les étudiants se présentent, certains discrets, timides et incertains, d’autres plus décidés et sûrs d’eux-mêmes. Ils viennent entre amis, en famille, en couple ou seuls. Ils défilent, lisent les brochures, questionnent. Ils savent qu’une grande décision est en jeu et pourtant elle semble pour la plupart aussi naturelle que de choisir une université, un stage, une voie en France. Les parents sont heureux, fiers et inquiets à la fois. Ils veulent choisir le meilleur programme pour leurs enfants et savent qu’Israël peut le leur offrir, que ce soit à l’université, dans des études religieuses ou à travers des stages et des programmes de découverte. Je les vois un peu perdus, errer entre les stands, conscients ou non que leur avenir peut se décider à cet instant, que leur vie peut changer du tout au tout quand ils croiseront la route du représentant de programme qui leur correspondra et les fera rêver.

    La plupart n’ont aucune idée de l’extrême variété des programmes Massa et semblent tout aussi impressionnés de l’existence de stages dans des domaines tels que l’hôtellerie, le gouvernement, l’ingénierie que de programmes de danse ou d’arts martiaux aux côtés des volontariats et des études universitaires ou religieuses.

    Tous ces jeunes ont en partage cette attirance pour Israël, ce pays connu de loin ou uniquement au travers de vacances, de mouvements de jeunesse. Mais ils savent que c’est là-bas que les attend leur avenir, que ce soit pour quelques mois, une année, ou bien plus.

    Le programme de huit jours a commencé en Belgique, à la rencontre des écoles Ganenou de Bruxelles et Tachkemoni d’Anvers, il s’est ensuite poursuivi à Paris et en région parisienne, toujours dans des écoles – Ort Villiers le Bel ; Ozar Hatora Sarcelles ; Yavne ; Lucien de Hirsch et l’école de l’Alliance de Pavillon sous Bois – avec une étape en soirée au Café des Psaumes de la rue des Rosiers pour une soirée UEJF/Massa. Le groupe s’est ensuite rendu à Lyon, pour un salon organisé au Centre Hillel où tous les représentants ont exposé leurs programmes et ont répondu aux questions d’un nombre important de jeunes étudiants curieux et ambitieux. A Lyon, ce sont les programmes universitaires et d’études religieuses qui ont davantage attiré, tandis que ce sont les stages qui ont semblé les plus demandés lors de la soirée UEJF/Massa de Paris. Après Lyon, Marseille. Les écoles d’abord – Gan Ami et Yavne – un salon au Centre Fleg ensuite qui a attiré plus d’une centaine de personnes. Certains représentants de programmes ont également participé à l’émission de radio hebdomadaire de l’Agence juive sur Radio JM, présentant ainsi un aperçu de la diversité des programmes (stages sur mesure (Olami), hôtellerie (Vatel), volontariat au sein de MDA, stages au Gouvernement (IGF) et soutien aux soldats isolés (Nefesh’b’Nefesh).

    Retour à Paris pour un grand salon d’une journée au Centre Fleg. Comme l’année dernière, ce salon a été un grand succès et a attiré cette fois-ci près de 1000 personnes (soit considérablement plus que l’année dernière), et ce en dépit de la neige et du froid. La « tournée » s’est conclue à Toulouse, avec d’abord une visite à l’école Or Torah puis un salon au Centre communautaire.

    C’est dans une atmosphère un peu plus solennelle que le groupe s’est approché de l’école Or Torah de Toulouse aux grilles fermées et surveillées, reconnaissant une rue restée tristement gravées dans les mémoires. Le Rav Monsonégo, Directeur de l’école, a accueilli les représentants et a prononcé quelques mots de bienvenue, soulignant l’importance pour les étudiants d’être ainsi introduits aux programmes en Israël. Les représentants ont déjeuné à l’école avant de s’installer dans une vaste salle de classe aux murs couverts de livres, classiques de la littérature française, Talmud, livres d’histoire, encyclopédies et manuels scolaires. Les élèves se sont pressés dans la salle, se dispersant en fonction de leurs intérêts. Ils étaient ravis que nous soyons là et posent toutes leurs questions, prennent des brochures, et s’y accrochent comme au billet d’avion que ces flyers promettent.

     

    Je parle à Nina. En Terminale S, ça fait deux ans qu’elle envisage de partir en Israël, la France ne lui convient pas. Et bien que ses parents soient en France, elle ne rêve que de Jérusalem. Une grande partie de sa classe fait le même choix, dit-elle avec un grand sourire et elle nous remercie d’être venus à eux.

    J’entends d’autres jeunes s’adresser aux représentants de l’Agence juive : « Je veux partir. Je suis en Seconde, je veux partir l’année prochaine. Je ne sais pas où, ni pour quoi ou comment mais je veux partir. » Une autre élève hésite en Israël et les Etats-Unis. « Je ne resterai pas en France », elle ne donne pas plus d’explications, elle regarde droit dans les yeux de son interlocuteur. Nul besoin de demander pourquoi.

    Conclusion de ces huit jours ? Nous avons rencontré plus de 1000 jeunes, présenté nos programmes, des programmes qu’ils ne connaissaient pas ou peu, des programmes que les représentants ont aussi apprécié découvrir et auraient voulu pouvoir suivre, parfois les uns après les autres tant les possibilités sont grandes et attirantes.

    Nous espérons leur avoir transmis notre enthousiasme pour ces programmes, pour Israël. Nous savons qu’ils ont compris qu’il s’agit d’une expérience unique qui les rapprochera de leur identité juive, qui renforcera leur CV, ouvrira leurs horizons et bouleversera leurs préjugés. Une expérience qui leur permettra de découvrir Israël différemment. Réaliser qu’ils ont – en tant que jeunes de la diaspora – une contribution à apporter, réaliser qu’Israël est à la fois un pays normal avec des défis et des problèmes normaux et un pays unique au monde, un vrai melting-pot, présentant un brassage social et culturel exceptionnel, un dynamisme hors-norme et des opportunités pour tous.

    Ayant moi-même participé à un programme Massa, j’espère qu’ils ont compris ce qu’une expérience de ce type peut leur apporter. Massa a changé ma vie. Israël a changé ma vie. Je suis certaine qu’il en sera de même pour ceux qui s’y envoleront.

    Jessica

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus

Laisser un commentaire

*

Social links powered by Ecreative Internet Marketing