Massa Ton expérience en Israël commence ici !
  • scissors
    Le 16 juin 2015Par Les participants, Massattitudes

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
  • scissors
    Le 30 avril 2015Par Les participants

    Massa : Peux-tu te présenter en quelques mots ? 

    Je m’appelle Ariane Allouche, je viens du Pays Basque et à 23 ans bien que diplômée d’un BTS Notariat et d’une Licence Européenne en Gestion de Patrimoine, j’ai décidé de changer complètement de secteur professionnel et de pays aussi. Me voilà maintenant en Israël depuis septembre 2014 à l’école Vatel.

     

    M : A quel programme as-tu participé et pourquoi ?

    J’ai participé au programme Massa Vatel Tel Aviv. Je voulais changer de pays après la fin de ma licence et quand j’ai découvert l’école Vatel et qu’elle était présente au salon Massa de Toulouse, je me suis dit que c’était l’occasion pour moi de partir pour découvrir Israël grâce aux voyages organisés par Massa et de vivre dans un tout nouveau pays.

    M : Qui t’a fait connaître Massa ?

    Ce sont mes parents qui m’ont fait découvrir Massa en lisant le journal ActuJ.

     

    M : Les démarches Massa et l’inscription étaient-elles faciles ?

    Les démarches Massa sont relativement simple. Même si je les ai faites il y a maintenant plusieurs mois je me souviens que les documents demandés par Massa sont plutôt facile à obtenir.

     

    M : La préparation au test psychométrique a-t-elle été fructueuse ?

    En fait, avec les l’école Vatel Tel Aviv nous n’avons pas besoin de passer de test psychométrique. Vatel étant une école française et non israélienne, le test psychométrique n’est pas nécessaire pour pouvoir rentrer dans cette école.

    M : avais-tu peur avant le départ ?

    Bien sûr ! Qui n’a pas peur de partir dans un autre pays à plus de 4 000kms de chez soi, sans ses amis ou famille. Partir à l’inconnu n’est jamais facile c’est certain, mais parfois il faut savoir prendre des risques pour se rendre compte que l’on fait les bons choix de vie et/ou de carrière…

     

    M : Tes premiers  pas en Israël et ton expérience en quelques mots :

    Je ne vais pas vous mentir les débuts n’ont pas été facile du tout. La mentalité israélienne n’est absolument pas la même qu’en France (ou plutôt qu’en Europe). Mais en quelques semaines vous prenez vite le rythme israélien et vous devenez un peu comme eux. Au bout de 3 mois (le temps de s’adapter au pays, de commencer à comprendre les mots les plus simples en hébreu) vous vous sentez beaucoup mieux en Israël.

    Après 7 mois de vie en Israël je peux vous dire que je m’y sens très bien même si ma famille me manque.
    M : Aujourd’hui, parles-tu hébreu correctement ? Car l’oulpan est dans tous les programmes 

    En fait, l’oulpan m’a servi à dire les phrases les plus basiques en hébreu. Et depuis la fin de l’oulpan je suis toujours au même niveau. Ce n’est pas facile pour moi de parler en hébreu, je parle couramment anglais, et même à l’hôtel je parle anglais avec la majorité de mes collègues. Mais du point de vue de l’intégration dans le pays, j’ai remarqué que ne pas savoir parler hébreu après 6 mois de vie ici est assez handicapant. Du coup je m’oblige à parler hébreu avec quelques-uns de mes collègues et je cherche en parallèle à faire un second oulpan pour pouvoir parler plus facilement hébreu

     

    M : Ton meilleur souvenir :

    Notre dernier voyage Massa. On a eu la chance de pouvoir faire du gros quad dans le désert pas très loin de Jérusalem, ensuite on est descendu à la mer Morte où l’on a pu se baigner et profiter du Spa du Crowne Plaza Hotel, et enfin on a passé Chabbat à Eilat avec au programme plongée sous-marine, plage et petite balade sur la tayelet d’Eilat avec des explications sur la ville d’Eilat de notre guide David Ohnona.

     

    M : Ton pire souvenir ou « la galère » du voyage:

    Quand on est parti une nuit chez les bédouins. Bon ok pour certain c’était vraiment la galère de dormir à la belle étoile dans le désert, un froid glacial, avec des bêtes et sans lumière mais en réalité (du moins pour moi) c’était une très bonne expérience. Je referais bien un voyage comme ça mais pas au mois de novembre car même en journée il ne faisait pas très chaud mais pourquoi pas au printemps et un peu mieux préparé aussi. Car il faut le dire, on nous avait dit que l’on partait une nuit chez les bédouins, donc on a tous pensé à la nuit sous la tente avec soirée bédouine à découvrir leur histoire, leur musique … et nous on a juste découvert comment faire une pita :-)
    M : Ce qui t’a le plus manqué pendant ton expérience en Israël ?

    Ce qui me manque le plus c’est ma famille. Quand tu as des coups de blues le  meilleur remède c’est de refaire le plein d’énergie avec les tiens. Mes amis aussi me manquent beaucoup mais on a tous pris des chemins différents pour faire nos vies respectives donc on fait avec, c’est la vie…

     

    M : La musique ou le film qui représente le mieux ton voyage

    La chanson qui représente le mieux mon séjour en Israël jusqu’à présent est Derekh Hashalom de Peer Tasi. Depuis septembre je dois l’entendre au moins une fois par jour partout où je suis, ou alors on la met à l’appartement.

     

    M : Cela valait-il le coup ?

    Pour l’instant je suis toujours en Israël et compte bien y rester. Mais quand je suis rentrée en France 1 semaine pour les vacances, je me suis dit qu’Israël me manquait et que c’était vraiment ici que je voulais venir vivre.

     

    M : Le « grand » regret de ton expérience, ce que tu n’as pas pu faire :

    Très bonne question… Peut-être ne pas avoir connu le programme Massa plus tôt et ne pas être venue en Israël avant.

     

    M : Ton conseil aux futurs participants :

    De bien choisir son programme, et surtout de kiffer quand ils seront en Israël ;-)

     

    M : Que penses-tu de l’initiative Massa ? Découvrir Israël à travers des programmes de longue durée 

    C’est un bon programme, par contre j’ai été déçue de ne pas avoir plus de voyage que ça avec Massa pour découvrir un peu plus Israël.

     

    M : Des remarques sur le programme, des conseils pour améliorer l’expérience ? 

    L’oulpan a eu lieu en même temps que les fêtes de Rosh Hashana, Kippour, Souccoth et Simha Thora, donc beaucoup de journées d’oulpan n’ont pas été maintenues. Sur les deux mois d’oulpan, nous avons fait uniquement que 26 jours d’oulpan au total ce qui n’est vraiment pas assez quand on est débutant…

    M : Recommanderais-tu cette expérience aux jeunes juifs de France ?

    Honnêtement oui je recommanderais à d’autres jeunes juifs de France de venir découvrir Israël avec Massa s’ils ont peur de venir tout seul. C’est une bonne expérience l’on rencontre des gens avec qui l’on partage des moments forts ce qui nous permets de nous sentir moins seul.

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
  • scissors
    Le 1 avril 2015Par Les participants

    Massa : Peux-tu te présenter en quelques mots ? (prénom, âge …)

    Je m’appelle Salomé Benichou, j’ai 19 ans je viens de Saint Brice à côté de Sarcelles.
    J’ai eu mon bac l’année dernière à Ozar Hatora Sarcelles .

    MASSA 

    M : A quel programme as-tu participé et pourquoi ?

    Je suis actuellement à Hemdat Hadarom .
    J’ai choisi ce programme parce que je pense que c’est celui qui me correspond le mieux à tous les niveaux (religion, sionisme, oulpan, tyoulim, psycho, …)

    M : Qui t’as fait connaître Massa ?

    J’ai connu massa grâce à la סוכנות et à tous les salons qui sont venus en France et qui sont passés dans mon école.
    Le bac bleu blanc m’a vraiment aidé à faire mon choix parce que nous avons visité les différentes mehinot, universités et on a reçu pas mal d’informations concernant massa et toutes les inscriptions.

    M : Les démarches Massa et l’inscription étaient-elles faciles ?

    Les inscriptions massa étaient assez simples tout s’est fait rapidement sur internet et dans les salons des études pour Israël .

    M : La préparation au test psychométrique a-t-elle été fructueuse ?

    On sent qu’au fur et à mesure on fait des progrès dans les psychométriques mais ça n’empêche pas que la majorité doit les repasser une deuxième fois .

    M : Avais-tu peur avant le départ ?

    Peur non mais un peu stressée et triste à l’idée de quitter ma famille !

    EXPÉRIENCE

    M : Tes premiers pas en Israël et ton expérience en quelques mots :
    Le début était difficile parce que je débarquais dans un pays que je connaissais sans vraiment le connaître. Ma famille me manquait beaucoup et me manque toujours. Mais bon comme on était plusieurs dans cette situation alors tout le monde s’est soutenu et c’est devenu plus facile au fil du temps. De plus, ça nous permet de devenir beaucoup plus autonomes.

    M : Aujourd’hui, parles-tu hébreu correctement ?

    J’arrive à comprendre tout ce qu’on me dit mais j’ai un peu de mal à parler et j’ai pas réellement l’occasion puisque durant cette première année on est pratiquement qu’entre françaises. Mais je sens que j’ai progressé quand même !

    M : Ton meilleur souvenir

    Je n’ai pas encore fini le programme mais je pense pouvoir déjà dire que mon meilleur souvenir sera à la fin de Hemdat Hadarom quand je recevrai ma teoudate zeoute Sdv !!!

    M : Ton pire souvenir ou « la galère » du voyage

    Mon pire souvenir c’est les 6 ou 7 aller-retours netivot – béer sheva  pour essayer d’avoir tous les papiers pour passer l’équivalence du permis français … Des heures et des heures d’attentes ….

    M : Ce qui t’as le plus manqué pendant ton expérience en Israël ? (famille, copains…)

    Sans aucune hésitation ce qui m’a le plus manqué pendant mon année c’est la FAMILLE !

    M : La musique ou le film qui représente le mieux ton voyage

    La musique qui représente le mieux cette année c’est מהפכה של שמחה עומר אדם ליאור נרקיס

     

    LE MOT DE LA FIN

    M : Que penses-tu de l’initiative Massa ? Découvrir Israël à travers des programmes de longue durée.

    Juste MERCI !!
    Parce que sans vous et tous les programmes tout aurait été beaucoup beaucoup beaucoup plus compliqué ! Vous nous permettez de devenir amoureux d’Israël au fur et à mesure de cette année, de renforcer notre identité juive … Et ce n’est que le commencement !! Si je pouvais refaire cette année j’irai en courant !!!!

    M : Recommanderais-tu cette expérience aux jeunes juifs de France ?

    Oui, si certains ont  l’occasion de faire un programme comme ça alors qu’ils foncent. Ils ne regretteront jamais même si au final ils ne restent pas en Israël, ils gagneront d’autres choses et surtout auront eu la chance de passer une des meilleures années de leur vie en Israël !

     

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , ,
  • scissors

    Préparez votre départ en Israël 
    Que vous ayez envie de lancer votre propre entreprise, aider à préserver l’environnement, ou développer votre talent artistique, nous vous aiderons à trouver le stage parfait.

    Choisissez parmi notre liste de stages clés-en-main ou commencez à construire votre propre expérience sur-mesure.

     

     

     

     

     

    Les stages proposés correspondent aux annonces de stages les plus récentes émises par des organisations parmi les plus intéressantes et novatrices d’Israël. Cliquez ici pour voir les dernières offres.

    Les stages sur-mesure : vous cherchez un stage qui correspond exactement à vos centres d’intérêts ? Nous pouvons le construire pour vous ! Ou bien cliquez sur les centres d’intérêt listés ci-dessous : vous naviguerez parmi des exemples de stages personnalisés qui ont été conçus dans le passé. Concevez votre propre stage en fonction de ce qui vous intéresse le plus.

     

     

    Choisissez vos stages par centre d’intérêts 
    Arts, Graphisme, architecture
    But non lucratif, social
    Droit
    Education
    Finance, Comptabilité
    Gouvernement
    High-Tech
    Informatique
    Ingénierie, recherche
    Marketing, publicité, business development
    Media et Journalisme
    Médicale, pharmacie
    Sciences Politiques, journalisme
    Start-Up

    Parcourez les offres par centre d’intérêt 

     

    Demandez une bourse
    Israël n’est peut-être pas aussi loin que vous le pensez. Nous avons des bourses pour vous aider dans votre parcours. Découvrez le Formulaire rapide pour avoir une idée de ce à quoi vous pouvez prétendre.

     

     

     

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , , , , , ,
  • scissors
    Le 12 février 2015Par Les participants

    Massa : Peux-tu te présenter en quelques mots ? 

    Sharon, 24 ans

    M : A quel programme as-tu participé et pourquoi ?

    Stagerim , pour changer d’air et avoir une expérience à l’étranger.

    M : Qui t’a fait connaître Massa ?

    Ma cousine

    M : Les démarches Massa et l’inscription étaient-elles faciles ?

    Oui très facile

    M : La préparation au test psychométrique a-t-elle été fructueuse ?

    Oui tout s’est très bien passé mais je les ai passé en Israel 5 mois aprés mon arrivée

    M : avais-tu peur avant le départ ?

    Oui, j’avais peur  de me retrouver avec des gens bizarres…

    L’EXPERIENCE

    M : Tes premiers pas en Israël et ton expérience en quelques mots :

    Les 5 meilleurs mois de toute ma vie, j’ai aussi rencontré mon mari. Nous sommes mariés depuis 2 mois maintenant.

    M : Aujourd’hui, parles-tu hébreu correctement ? Car l’oulpan est dans tous les programmes.

    Je parle très bien, mais désolée de vous décevoir ce n’est pas grâce à l’oulpan . J’ai étudié l’hébreu  à l’université.

    M : Ton meilleur souvenir

    Les journées du vendredi , tous au chouk car pas question de se séparer des gens du groupe pour chabbat ! On squattait la salle commune à bet leni et hop! Chabbat à 30 avec tout le monde .
    Le chouk du vendredi matin reste quand même un souvenir douloureux …

    M : Ton pire souvenir ou « la galère » du voyage

    Galère dirons nous…. Première fois depuis 20 ans que Tel Aviv est touchée par les roquettes de gaza en octobre 2012. Nous venons d’arriver à Massa depuis quelques semaines et on se retrouve avec tout bet leni dans les couloirs en guise de miklat à chanter pour déstresser !!! Mais finalement c’est quand même un bon souvenir !

    M : La musique ou le film qui représente le mieux ton voyage

    Il y en a trop …

     

    LE RETOUR

    M : Cela valait-il le coup ?

    Oui , 1000 fois , d’ailleurs je ne suis jamais rentrée ….

    M : Ce qui va le plus te manquer ?

    De vivre tous ensemble ,et soyons clairs : l’ambiance et l’insouciance …

    M : Le « grand » regret de ton expérience, ce que tu n’as pas pu faire ?

    Aucun regret j’ai vécu ces 5 mois à fond.

    M : Tes projets l’année prochaine ?

    Etudes en Israël

    M : Ton conseil aux futurs participants ?

    LANCEZ VOUS ,PROFITEZ DE CHAQUE INSTANT ET OUVREZ VOUS AUX GENS …. MEME CEUX TELLEMENT DIFFERENTS DE VOUS.

    M : Que penses-tu de l’initiative Massa ? Découvrir Israël à travers des programmes de longue durée

    C’est une expérience incroyable, néanmoins elle ne reflète pas exactement la vie après la Alyah. Je dis au futurs participants : profitez, écaltez-vous mais dites-vous bien que faire la Alyah c’est plus qu’un programme Massa. Seuls les plus déterminés y survivront ;-)

    M : Des remarques sur le programme, des conseils pour améliorer l’expérience ? Concernant l’aide au logement, l’accueil à l’aéroport…

    Les logements type Bet Leni avec des gens du monde entier et bien placés, c’est ce qui rend cette expérience géniale.

    M : Recommanderais-tu cette expérience aux jeunes juifs de France ?

    A TOUT LE MONDE

    M : Peux-tu partager avec nous des photos qui représentent le mieux ton expérience ?

    ÉVIDEMENT ….il y en a tellement… mais celle-ci est ma préférée . Elle a été prise 2 ans après massa , à mon mariage….
    Mais tu vois, ils sont tous là ! Il en manque sur la photo mais même 2 ans après ils restent toujours là …. Et au final massa, c’est une grande famille !

     

     

     

     

     

     

     

     

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
  • scissors
    Le 1 septembre 2014Par Les participants, Massattitudes

    Oulpan, la première web-série franco-israélienne.

    Oulpan relate les péripéties en Israël de 3 colocataires d’origine française (Simon, Laura et Mika), qui ont un but en commun : apprendre l’hébreu et la culture israélienne.

    Installez-vous et regardez !

     

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , ,
  • scissors
    Le 28 août 2014Par Les participants

    Tout d’abord, je me présente : Je m’appelle Samuel Amouyal. Je suis venu de Paris où j’ai fait ma scolarité au Lycée yabné. J’ai 18 ans, mais j’en avais 17 au début du programme.


    Massa : Le programme que j’ai choisi et pour quelle raison :

    J’ai choisi de faire une année à la Yéchiva du Mah’on Meir car il était pour moi le programme le plus adéq

    uat à ce que je cherchais: Limoud Torah avec Oulpan d’hébreu et option de préparation au psychométrique.
    De plus, la Torah véhiculée au Mahon Meir est la plus ouverte que

    j’ai connue, pas seulement centrée sur moi-même mais orientée aussi vers le Peuple et la terre d’Israël, une Thora qui prône sincèrement l’amour du prochain …

    M : Qui m’a fait connaitre Massa ?
    Un de mes Madrihim au Bac Bleu Blanc

    M : Les démarches Massa et l’inscription étaient-elles compliquées ?
    Pas trop. De plus, on peut facilement les contacter et les relancer, en général ils répondent rapidement.

    M : Est-ce que j’avais peur de quitter la France ?
    Non. J’étais surtout excité et impatient de pouvoir ouvrir ce nouveau  chapitre de ma vie …

    M : Mes premiers  pas en Israël :

    Au début évidemment mes parents me manquaient terriblement, mais très vite je me suis trouvé  une autre famille, celle du Mahon Meir. De plus, j’ai été propulsé dans une étude de Torah complètement différente de celle que j’avais connue jusque là, tant par la qualité et la profondeur du Limoud que par la personnalité des Rabbanim. J’ai été également frappé de cette volonté des gens autour de nous à nous aider à toute occasion …

    Mon meilleur souvenir :
    Le premier Chabbat à la Yéchiva : c’était la première fois que je ressentais cette Kedoucha du Chabbat en Israël, les cours organisés, la Tfila unique avec tous les élèves du Mahon et les repas chez les familles qui vous accueillent comme leurs enfants …

    M : Mon pire souvenir :
    La première lessive que j’ai du faire seul, avec ma mère au bout du fil pour différencier entre le blanc et le couleur. J’ai perdu 4 paires de chaussettes …

    M : Ce qui m’a le plus manqué :
    Les baguettes chaudes, mais surtout le Chabbat midi avec toute la famille.

    M : Ce que j’aime le plus au Mahon Meir :
    Les Rabbanim. On sent qu’ils vivent sincèrement ce qu’ils nous enseignent et qu’ils respirent l’amour et le respect du prochain, valeurs qui sont très importantes à mes yeux. Ils sont toujours présents pour nous aider, et les cours dispensés sont de grande qualité.

    M : Mon niveau d’hébreu :
    Très bon. Bien que je ne parlais pas un mot en arrivant, je commence maintenant à tenir une conversation avec les étudiants Israéliens.

    M : La préparation au test psychométrique a-t-elle été fructueuse ?
    Personnellement je les avais déjà passés en France, mais mes amis qui l’ont faite ont progressé de 100 points en moyenne.

    M : Ce qui m’a le plus manqué durant le programme :
    Le temps ! On découvre tellement de choses à étudier et on dispose de si peu de temps pour y arriver … On se rend compte de la richesse de notre Thora, sans avoir le temps d’en acquérir assez !

    M : Mon expérience en Israël :
    Inoubliable. Elle m’a permis de comprendre que la place de chaque juif est ici et pas ailleurs, que notre peuple est unique, et que la conjugaison des deux vaut tous les efforts et toutes les peines.

    M : Cela valait-il le coup ?
    Sans hésitation ! Cette année vécue au Mahon Meir m’a permis d’entrevoir une nouvelle optique à ma vie. J’y ai appris quelle direction et quel but je veux donner à mon existence. Et surtout j’ai compris quel genre d’homme je veux être, et cela n’a pas de prix …

    M : Mes projets l’année prochaine ?:
    Je pense Béézrat Achem rentrer à l’armée, dans la brigades des parachutistes.

    M : Mon conseil aux nouveaux participants ?:
    Rejoignez-nous au Mahon Meir. Dès le début n’hésitez pas à faire des havroutot en hébreu avec les Israéliens, mélangez vous à eux, cela vous permettra de beaucoup progresser et vous intégrer en douceur à la Yéchiva. Demandez également des Havroutot avec les Rabbanim, vous avancerez beaucoup, tant en Torah que dans votre façon de vivre et vous comporter. Et prévoyez d’emblée beaucoup de chaussettes, elles disparaissent vite !!!

    M : Que penses-tu de l’initiative Massa : permettre a tous les jeunes de 18 à 31 ans de découvrir Israël à travers de programme de longues durées :
    C’est une initiative vitale pour encourager les jeunes juifs  du monde entier à connaître Israël et à venir s’imprégner de cette ambiance unique au monde. Grâce au programme Massa, j’ai pris conscience qu’Israël, ce n’est pas seulement  une station de tourisme  pour les vacances d’été.

    M : Conseillerais-tu cette expérience aux jeunes juifs de France ?
    Foncez. N’hésitez pas et plongez dans le bain de la vie en Israël. Envers et contre toute logique on se sent enfin à sa place, on se sent revivre …

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , , , , , , , , , ,
  • scissors
    Le 24 juillet 2014Par Les participants

    Massa : Peux-tu te présenter en quelques mots ? 
    Je m’appelle Jennifer Amar, j’ai 27 ans et je viens de Fontenay sous bois (94).

    M : A quel programme Massa as-tu (ou vas-tu) participé et pourquoi ? 
    Je suis venue en Israël il y a 6 mois pour intégrer le séminaire du Mahon Ora. J’ai choisi ce programme car il proposait à la fois des cours de kodesh et un oulpan. C’est un programme complet, avec un accompagnement professionnel, des tyoulim, des Chabbat organisés et des activités, qui se fait dans un environnement magnifique.

    M : Quel ton meilleur souvenir ? Mon meilleur souvenir…  Une soirée organisée chez la Rabbanite Ben Ichay pour Tou Bichvat. Nous avons toutes raconté (et mimé) ce que signifiait pour nous Eretz Israël. C’était une soirée très émouvante. C’est aussi à ce moment la que j’ai pris la décision de faire ma Alya. Il y’a eu aussi le tyoul au musée des aveugles et celui dans le neguev, deux expériences magnifiques qui changent complètement la vision que l’on porte sur le monde.

    M : Quelles sont les démarches pour s’inscrire à un programme Massa ? Sont-elles faciles ? 
    Pour m’inscrire à ce programme cela à été très simple, tout s’est fait en 2 semaines. J’ai fourni une petite liste de documents à la responsable du séminaire qui s’est chargée de faire le lien avec Massa.

    M : Quel ton pire souvenir ou « la galère » du voyage ? 
    Le moment le plus difficile du programme est la semaine passée pendant la tempête. C’était éprouvant mais c’est à ce moment là que ardout et hessed prennent tout leur sens en Eretz Israël !

    M : Est ce que tu peux nous dire ce qui t’a le plus manqué en France pendant ton expérience en Israël ? 
    La famille manque beaucoup mais au séminaire on fait des rencontres extraordinaires, des rencontres qui, de fil en aiguille, deviennent une nouvelle famille.

    M : Un petit conseil pour les futurs participants à Massa ? 
    Je n’ai pas vraiment de conseils a donner aux futurs participants Massa, je leur recommande juste de ne pas trop se poser de questions et de foncer.

    M : Quel est le « grand » regret de ton expérience : je n’ai pas eu le temps de faire ….
    Pour ma part j’ai juste un petit regret : avoir commencé le programme avec 1 mois de retard, je suis passée à côté de beaux tyoulim.

    M : Raconte-nous en quelques mots ton expérience en Israël ? 
    Mon expérience en Israël… J’ai donc débuté le programme en novembre. Nous avons eu des cours magnifiques sur la emouna,  les midot, la parashat hashavoua, la halakha, l’histoire d’Israël, etc., des tyoulim dans le désert de Yeouda, dans le Neguev, Mitzpe Ramon, musée de l’indépendance, musée des aveugles, Itamar, Goush Etzion et beaucoup d’autres. J’ai aussi été accompagnée par la responsable RH du séminaire qui ma tout de suite trouvé un stage (1 demi journée par semaine) dans le domaine dans lequel je souhaitais travailler. Elle a été très présente pour chacune d’entre nous, pour nous conseiller, nous aider dans la rédaction de notre CV, etc.

    M : As-tu pu retrouver d’autres personnes qui faisait Massa en Israël ?  
    Dans le séminaire j’ai trouvé quelques filles qui participent au programme Massa.

    M : Que comptes-tu faire en rentrant en France ? 
    Je ne compte pas revenir en France. Je m’inscris actuellement à l’oulpan Etzion a Jérusalem pour la session de juillet.

    M : Raconte ton arrivée en Israël ? les 1er jours
    Les 1er jours étaient un peu difficiles. L’adaptation, la colocation, le rythme… Mais finalement on s’y fait très vite et on apprécie chaque jour l’ambiance.

    M : As-tu eu peur avant ton départ ? 
    Avant mon départ j’appréhendais beaucoup. J’ai quitté mon travail pour participer au programme et j’avais peur de faire une erreur, de ne pas aimer le programme, de ne pas m’adapter, de perdre du temps. Avec du recul c’est l’une des meilleures années de ma vie et sûrement la plus riche.

    M : Parles-tu hébreu correctement ? 
    Avant le programme je comprenais assez bien l’hébreu et me débrouillais pour me faire comprendre. Aujourd’hui avec l’oulpan je me suis renforcée, j’ai plus de vocabulaire. J’ai aussi appris à lire et à écrire.

    M : Qu’est ce qu’il t’a manqué dans le programme ?
    Le programme était complet. Peut être qu’il manquait un peu d’ouverture sur l’extérieur. Ça aurait été sympa de rencontrer plus d’israéliens en dehors de la Midracha.

    M : Que penses tu de l’initiative Massa : permettre a tous les jeunes de 18 à 31 ans de découvrir Israël à travers de programme de longues durées ?
    Je trouve l’initiative de Massa de faire connaître Israël aux jeunes exceptionnelle. Je trouve que c’est une vraie chance de pouvoir bénéficier d’une telle expérience. Israël est un pays magnifique, il y a énormément de choses à découvrir.

    M : Qui t’a fait connaitre Massa et qui t’a inscrit ? 
    Je connaissais Massa déjà depuis longtemps. J’ai découvert ce programme sur Facebook et me suis inscrite.

    M : La musique ou le film qui représente le mieux ton voyage
    Si une chanson devait représenter cette expérience ce serait la Tikva. L’espoir qui devient réalité de vivre librement sur sa Terre.

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • scissors
    Le 10 juillet 2014Par Les participants

    Noémie Sultan a 17 ans a fait sa scolarité à de l’école juive (Ozar Hatorah) et était membre de mouvements de jeunesse (Tikvatenou). Cette jeune fille originaire de Sarcelles nous confie son expérience au sein de Hemdat Hadarom du Rav Elie Kling.

    Massa : A quel programme Massa  participes-tu ? 
    Hemdat Hadarom. C’est une mekhina  torani (prépa toranique) qui se trouve à Nétivot. Ce programme nous propose des cours de kodech, des cours de psychométrique et un Oulpan du ministère de l’Education. C’est un programme où l’on appartient tous en quelque sorte à une même famille. A chaque moment quelqu’un sera là pour nous si nous avons besoin.

    M : Quel ton meilleur souvenir ? 
    pendant un tiyoul à Eilat, tout en haut d’une montagne avec devant moi la Mer Rouge, à ma gauche Eilat, en face de moi la Jordanie et à ma droite l’Egypte. J’ai eu cette énorme impression de l’infinité de D… qui nous a donne un petit mais magnifique pays, entoure de pays ennemis, hostile à Israël  et pourtant qui reste l’un des pays, le plus développé du Moyen -Orient. Jamais je n’avais autant ressenti ce sentiment de fierté de toute ma vie.

    M : Est-ce que tu peux nous dire ce qui t’a le plus manqué en France pendant ton expérience en Israël ? 
    En vérité, mon Alya a été la chose que j’ai le plus attendue dans ma vie. bien sûr j’éprouve un manque mais il ne représente pas grand chose par rapport à la joie que j’éprouve d’être en Israël.

    M : Pourquoi as-tu choisi ce programme  ? 
    Avant de choisir, Hemdat Hadarom j’ai hésité. Je m’étais renseigné sur plusieurs programmes. Mais après mûre réflexion, j’ai compris que c’était Hemdat qui me correspondait le plus, aussi bien d’un point de vue religieux qu’académique. Malgré les quelques inconvénients, Hemdat reste un programme exceptionnel et très enrichissant, un programme qui me permet d’évoluer dans le chemin que j’ai toujours voulu.

    M : Quelles sont les démarches pour s’inscrire à un programme Massa ? Sont-elles faciles ?
    Pour s’inscrire a un programme, la démarche est très facile, longue mais facile. Il suffit de remplir un formulaire sur le site de Massa.

    M : Quel ton pire souvenir ou « la galère » du voyage ? 
    Le pire souvenir depuis le début a été le retour du premier chabbat obligatoire avec l’envie d’aller 0 Jérusalem, l’attente dans la station et puis le bus qui passe devant nous et qui ne s’arrête pas… Le dernier bus était le lendemain matin!

    M : Un petit conseil pour les futurs participants à Massa ? 
    Je conseillerai au futurs participants de Massa de bien choisir leur programme, en se renseignant et parlant autour d’eux mais également de profiter au maximum de leur année car elle passe a une vitesse incroyable.

    M : Quel est le « grand » regret de ton expérience ?
    Mon expérience avec mon programme Massa n’étant pas fini, je n’ai donc pas de regret pour le moment. J’en profite chaque fois un peu plus.

    M : Raconte-nous en quelques mots ton expérience en Israël ? 
    Mon expérience en Israël est une expérience inoubliable et extraordinaire. Elle me permet, chaque jour un peu plus de comprendre ce que je veux, dans quel domaine je veux travailler, elle fait partit en quelque sorte d’une certaine façon de ma construction personnel.

    M : Que comptes-tu faire en rentrant en France ? 
    Je ne compte pas rentrer en France, j’ai pour projet de rester en Israël et de commencer l’année prochaine une année de Shirout leumi

    M : As-tu eu peur avant le grand départ ?
    Je n’ai pas vraiment eu mon peur. Je savais que je n’allais pas être déçu malgré la difficulté.Mon arrivée en Israël n’est pas véritablement une arrivée que tout le monde connait avec les pleurs et les aux revoir des proches,  mais plutôt quelque chose de très joyeux qui m’a permis de retrouver en quelque sorte ma famille, mon frère et ma sœur..
    Cependant malgré cela, les 1er jours ou  j’ai vraiment compris que mon rêve s’était réalisé, il a fallut s’occuper des démarches administratives ou il y a eu quelques difficultés.

    M : Aujourd’hui, tu parles hébreu correctement ? 
    Avant d’arriver en Israël j’avais un hébreu de base c’est a dire, je comprenais assez bien mais je ne savais pas trop m’exprimer. Grace a l’Oulpan j’ai fortement progressé même si ce n’est encore le niveau auquel j’aspire, je sais me débrouiller dans la rue, me faire comprendre cela me parait pour instant un bon but atteint.

    M : Que penses tu de l’initiative Massa : permettre a tous les jeunes de 18 à 31 ans de découvrir Israël à travers de programme de longues durées ?
    C’est une idée assez extraordinaire qui donne la possibilité à des jeunes du monde entier de connaitre davantage notre pays mais également de s’y faire une place. Cela permet aux personnes qui doutent de pouvoir voir s’ils pourront y vivre et de permettre a ceux qui sont sure d’obtenir tous les moyens nécessaires pour une bonne intégration.  Personnellement, je ne vois pas comment j’aurai fait si les programmes d’intégration n’existaient pas la. Massa est une expérience exceptionnel qui donne la possibilité à tous juifs de réaliser LE rêve de nos ancêtres  :  retourner sur notre Terre.

    M : Comment as-tu connu Massa ? 
    Cela fait longtemps que je connais le projet Massa mais j’ai pu le découvrir encore plus lors de salon, mais également de visite dans le site.

    M : La musique ou le film qui représente le mieux ton voyage
    La musique ? je dirais  AT BANECHAMA de Shlomi shabbat, elle signifie pour moi le lien depuis toujours avec Israël, même s’il n’y a pas de lien avec les paroles.

    M : Un mot de conclusion ?
    Je suis satisfaite, je suis très heureuse et j’ai tout simplement jamais été autant épanoui.
    Je sais à présent sure que ma vie est ici est pas ailleurs. J’espère être un jour madriha d’un groupe dans l’optique de faire venir les juifs en Israël.

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
    Tags: , , , , , ,
  • scissors
    Le 12 juin 2014Par Les participants

    « Je m’appelle Deborah Ellezmi , je viens d’avoir 18 ans et je viens de Marseille.
    J’ai choisi d’aller a Hemdat Hadarom car le programme décrit par le Rav Kling m’a plu et correspondait a mes attentes ainsi qu’a mon idéologie religieuse et sioniste.
    S’inscrire à massa n’a pas été très compliqué car j’étais entourée de personne dans le même cas que moi , et puis le site de massa peut parfois aider .. La seule chose sur laquelle il faut faire « attention » ce sont les mails qu’il faut tout le temps relancer de peur qu’on oublie notre dossier !

    Pour les futurs candidats massa , je conseille de pas attendre trop longtemps avant de relancer un mail à Massa ! Si la réponse se fait tardive , renvoyer un mail et vous pouvez même demander de l’aide sur le mail particulier de massa et normalement il vous réponde dans la semaine.

    Mon meilleur souvenir à Hemdat Hadarom pour l’instant fut le tiyoul de 3 jours à Eilat qui permet de mieux se connaître et découvrir la terre d’Israël sous un angle différent et profiter pleinement de ses richesses.

    Par contre pour les galères ça arrive aussi de temps en temps et pour moi ça concerne presque toujours les bus ! Israël est un petit pays ou l’on peut voyager facilement de ville en ville mais il faut bien se renseigner et sur les horaires et sur les différentes stations possibles !

    Faire aussi attention a la galère de la RavKav (l’équivalent de la Navigo ou Transpass en Israël) qui est très très utile mais on peut parfois se faire arnaquer par les chauffeurs qui voient de suite que nous sommes des Olims Hadachims !

    Bien sur ce qui manque le plus en Israël c’est la famille qui reste en France .. Mais aussi la rue , le quartier et même la synagogue manque énormément ! Ce sont nos repères et on a parfois hâte d’y retourner !

    Pour l’instant Barouh Ha-Chem je n’ai pas de grand regret , la seule chose sur laquelle j’aurais peut être du plus sérieusement me mettre c’est la réflexion sur mon futur ! Ça arrive beaucoup plus vite que ce qu’on croit , et savoir ce qu’on fera plus tard facilite grandement les différents choix a faire pendant l’année !!
    Moi beezrat Ha Chem j’espère rester en Israël l’année prochaine mais a part ça je ne sais pas grand chose , peut être faire le chirout leoumi ou bien rentrer directement a l’université (avec une préférence pour le Mahon Tal)

    Mon programme m’a permis de découvrir Israël d’un autre point de vue que la petite française qui vient manger son shwarma sur Ben Yehouda !

    Mon expérience en Israël s’est ponctué de plusieurs tiyoulims et sorties dans différents endroits d’Israël et m’a permis de me mettre a la place d’une Israélienne pendant 1 an : parler hébreu dans les bus , commander en hébreu , en avoir marre des touristes , s’imprégner de la Kedoucha de la terre , profiter pleinement de nos fêtes juives et développer un sionisme et un amour de cette terre inconditionnel !
    Mes premiers jours ont été d’une facilité étonnante ! Je n’ai pas tellement eu peur avant mon départ simplement car j’avais véritablement envie de faire cette expérience alors je me suis facilement habituée a l’ambiance israélienne et j’ai rapidement compris les « trucs » important a connaître pour survivre en Israël ! Et bien sur j’avais mes copines avec moi alors tout était pour le mieux !
    Pour l’instant je ne suis pas bilingue mais je sens un réel progrès en Ivrit grâce à l’oulpan mais aussi et surtout grâce a la vie dans la rue !
    Les programmes massa nous accompagnent bien dans notre alya , mais c est vrai qu’une aide pour les années, après cette année d’intégration, serait la bienvenue ..

    Peu de rencontres sont organisés avec des universités , ou des personnes ayant fait le chirout leoumi ou l’armée ! C’est ce qui me manque pour l’instant le plus cette année .. Moi qui ne sais pas encore vers quoi me diriger , je n’ai eu que très peu de renseignements pour les année à venir.
    Mais l’idée de massa est excellente et permet à de nombreux jeunes de découvrir la magie de notre Terre et leur faire comprendre que leur place est ici afin de participer à son développement ! Massa joue un véritable et important rôle dans l’alya des jeunes après le bac !
    Il est évident que je recommande massa auprès de ceux qui veulent venir en Israël !

    Massa nous aide financièrement et psychologiquement à faire notre alya , et il suffit de bien choisir son programme massa pour profiter à fond de son année d’intégration tout en commençant à construire son avenir en Israël !
    Personnellement j’ai connu massa grâce a mon école , déjà de base sioniste (le Gan Ami) mais aussi grâce à de nombreux amis ayant suivi ce parcours également.

    La musique qui pourrait bien correspondre à mon voyage serait On my Way de Phil Collins (Je m’en vais , la chanson de frère des Ours en français ).
    Par contre aucun film ne correspond parfaitement a cette expérience , car c’est vraiment quelque chose d’unique .. Et chaque expérience est différente et personnelle ! »

     

    Facebook Tweet Email Pinterest Googleplus
Social links powered by Ecreative Internet Marketing